23 septembre 2011

Restless

Je dois dire que je me suis demandé au moins pendant une demi heure où Gus Van Sant cherchait à nous amener. Une fois que j'ai compris que ça n'était pas le plus important, j'ai pu voir le reste. Et là je me suis retrouvé dans un petit bijou de sensibilité et d'émotion à fleur de peau. L'idée de se faire rencontrer ces deux personnages, l'un sortant de la mort et l'autre partant la rejoindre (la mort) est assez lumineuse. C'est une rencontre tout à fait improbable mais qui devient un ravissement pour les yeux et le coeur. Je ne retiens que l’innocence et la pureté des sentiments dans cette histoire. Il y a beaucoup de moments drôles dans ce film et le rire c'est contagieux. Ces gamins sont d'une inventivité et d'une répartie qui m'ont étonné et ravi pendant toute la projection. L'histoire n'est pas simple et pas forcément joyeuse mais il y a une telle énergie et un tel courage qu'on en prend plein les yeux et au moral. Dans une interview, Gus Van Sant déclarait avoir fait deux versions de ce film : celle qui est sortie et une autre sans aucun dialogue. Je suis très très curieux de savoir ce que donnerait une telle version sans paroles. Je commence à me demander si je suis pas en manque d'affection pour réagir comme ça devant une petite bluette frappée par un tel sursis. Oui ça doit être ça, le bonheur et le rire sont contagieux et j'ai été contaminé. Mon ami Michel Sardon ne va pas tarder à se pointer pour me suriner à ma fenêtre : "elle court, elle court, la maladie d'amour... blabla". Mais là je m'égare un peu et revenons à cette histoire qui m'a retourné (et Michel Sardou me fait l'effet contraire). Bref ce film est d'une élégance folle et j'ai adoré ça.

Mon avis : @@@@

Bon film.

A+
    
Enregistrer un commentaire