10 décembre 2012

Populaire

La presse avait désigné ce film comme la comédie de l'année (ou de la fin de l'année pour les moins enthousiastes). Après l'avoir vu je serais beaucoup plus sévère qu'eux. Ce film ressemble à un salon où l'on a refait la peinture mais qui n'est pas encore sèche. C'est beau, c'est joli, ça brille presque mais on n'ose pas toucher tellement on a peur de laisser des marques. Et tout le film est comme ça. Le film se passe dans les années cinquante mais on n'a pas besoin de le dire on l'a deviné parce que chaque image, chaque scène, chaque décor ou costume sont si appuyé que ça tombe très souvent dans le cliché. Le Brushing de Romain Duris est parfait, pour le reste même s'il communique pas mal d'énergie, son personnage n'a pas une envergure démesurée. Le personnage de Déborah François ne m'a guère plus convaincu. Son rôle de nymphette apprentie dactylo fait plus sourire qu'autre chose. Et puis au milieu de tout ça, on a ce concours  complètement ahurissant de tapeuse de machine à écrire la plus rapide du monde. C'est quand même dingue qu'on puisse s'enthousiasmer pour ça! Alors vaguement Régis Roinsard tente de donner un côté féministe à sa secrétaire mais je n'ai retenu qu'une jeune fille qui reste soumise à son père, à son patron ensuite puis à son mari (ça c'est pour la suite). Bref il y a un côté un peu insupportable dans ce film que le traitement comique de l'histoire ne parvient pas à faire disparaître. Et même les américaines ne sont que les caricatures d'elles mêmes. C'est donc un film sans énormément d'envergure, de finesse ni d'intelligence. On est loin de la comédie de l'année (qui sont pour moi au nombre de trois ex æquo : Hasta la vista, Starbuck et Camille redouble).

Mon avis : @@

Bon film.

A+          
Enregistrer un commentaire