02 mai 2008

Deux jours à tuer

Je ne suis vraiment pas grand fan d'Albert Dupontel et la première heure du film m'a gonflé à un point que c'était pas possible. J'ai souffert tout au long de l'histoire. Et puis il y a les 10 dernières minutes où tout devient lipide et où le film prend tout son sens. Ça a suffit à rattraper le reste. C'est à la dernière seconde que j'ai enfin compris le titre. Au final j'peux pas dire que c'est un grand film. J'ai quand même connu un moment de grâce au cours de la projection : la chanson de fin de Serge Réggiani ("le temps qui reste"). Ces 3min30 étaient sublimes.

"...Combien de temps...
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j'y pense, mon coeur bat si fort...
Mon pays c'est la vie.
Combien de temps...
Combien ?

Je l'aime tant, le temps qui reste...
Je veux rire, courir, pleurer, parler,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Voler, chanter, parti, repartir
Souffrir, aimer
Je l'aime tant le temps qui reste..."


Mon avis : @@

Bon film.

A+
Enregistrer un commentaire